Dissenting Experience

Ce carnet est dédié à l’histoire, la littérature et la culture des mouvements religieux dissidents, en Grande-Bretagne, dans une période s’étendant du seizième au dix-huitième siècle.

Les sociétés anglo-saxonnes furent profondément marquées par un phénomène à la fois religieux, politique et culturel, qu’on désigne aujourd’hui couramment par le terme anglais dissent, mais dont la dénomination instable indique d’emblée qu’on se situe sur le terrain des représentations et des constructions historiques : les dissidents étaient aussi appelés puritains, non-conformistes, radicaux, évangélistes, séparatistes, schismatiques, enthousiastes, rebelles, ou encore hérétiques.

Ce courant comprend des mouvements extrêmement variés (et l’objectif de ce carnet sera de rendre compte de cette diversité) qu’on peut cependant regrouper en deux grandes familles :
– les séparatistes (baptistes, quakers…), qui souhaitaient rompre avec les institutions politico-religieuses du royaume pour fonder des congrégations autonomes appelées « sectes » ;
– des puritains plus modérés (presbytériens, congrégationalistes…) qui coopérèrent plus volontiers, selon les périodes, avec l’Église nationale.
Théologiquement, les dissidents incarnent un spectre théologique large, allant du calvinisme des presbytériens à la Lumière Intérieure des quakers en passant par l’arminianisme de certains baptistes.

En position de marginalité, en Grande-Bretagne, jusqu’au XIXe siècle, les dissidents firent face à des périodes de répression particulièrement sévères et à la privation de leurs droits civils. Aujourd’hui, leurs descendants se retrouvent dans des Églises dites évangéliques et constituent parfois de puissants lobbies ; ils pratiquent le culte dans mega Churches, ou, au contraire, en contexte domestique, dans des house Churches, en milieu urbain, comme en milieu rural. Ils sont associés à un fort prosélytisme, un protestantisme de conversion, et des règles de vie strictes. Ces évangélistes sont héritiers des plus grands prédicateurs des XVIe et XVIIe siècles, mais également des plus grands auteurs et poètes britanniques : John Bunyan, Daniel Defoe, William Blake, Samuel Taylor Coleridge ou encore Robert Southey étaient tous dissidents.

Ce carnet est le premier espace interdisciplinaire instaurant un dialogue entre les spécialistes d’histoire et de civilisation, de théologie et de littérature. Il se concentre (a) sur la période moderne entre Renaissance et Lumières (b) sur une aire géographique particulière : les îles Britanniques. Il sera rédigé en anglais.

Il a été pensé dans une optique d’ouverture internationale :
(a) le carnet sera tenu par une chercheuse française et deux chercheurs britanniques, dont deux enseignants-chercheurs et un post-doctorant, assistant de recherche ;
(b) le carnet s’appuie sur un réseau informel de chercheurs et jeunes chercheurs spécialistes de la discipline et sa demande de création est le fruit de leur réflexion.


Anne Page

Anne Dunan-Page is Professor of early modern British studies at Aix-Marseille University

You may also like...

1 Response

  1. Frédéric Ogée says:

    A wonderful and useful initiative. Anne, I’ll try and come up with some good images.
    Fare you all well!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.